La position de l’ACCS sur la Marche pour la science

L’Association canadienne des centres de sciences voit la Marche pour la science comme une célébration et comme une promesse qui se perpétue de demeurer fidèle aux valeurs de la méthode scientifique. Nous appuyons la prise de décision fondée sur des preuves et l’impact que les avancées scientifiques ont sur la vie des gens, et nous y attachons une grande importance. En tant que professionnels de la communication scientifique, les membres de l’ACCS aident le grand public à comprendre les changements rapides et les différentes découvertes dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie, des arts et des mathématiques (STIAM), et ils aident également à donner un sens à ce que peuvent vivre les Canadiens sur les plans personnel et social, ainsi qu’à démontrer l’impact positif que la prise de décision fondée sur des preuves a sur l’élaboration de politiques. Nous soutenons l’idée selon laquelle le processus scientifique est ouvert et inclusif, et qu’il est au service de toute l’humanité, au-delà des frontières.

Le rôle que les centres de science jouent dans la société canadienne

Dans son rapport paru en 2014 et intitulé (Culture scientifique : qu’en est-il au Canada), le Conseil des académies canadiennes a identifié que les centres de sciences jouent un rôle prédominant pour ce qui est de soutenir la culture scientifique au Canada, en offrant des possibilités d’apprentissage informel des sciences à des personnes de tous âges. En plus d’offrir des espaces accessibles au public, partout au Canada, qui s’adressent autant aux résidents locaux qu’aux touristes, de nombreux centres de sciences organisent d’autres événements et activités comme des festivals de la science, des foires, des camps et des programmes de diffusion externe visant à rejoindre des gens au-delà des frontières physiques des centres eux-mêmes.

Les centres de sciences revêtent beaucoup d’intérêt pour tous les segments de la population, et ils sont devenus d’important lieux de rencontre entre la science et la société. De par leur nature, ils dépassent les frontières géographiques, économiques, politiques, religieuses et culturelles. Ils ont un impact sur le bien-être, l’éducation, l’accomplissement et les compétences des générations actuelles et futures. Ils sont des endroits sûrs, où l’on peut avoir des conversations difficiles.

La recherche montre que les centres de sciences démystifient la science. Ils contribuent à révéler sa beauté, à montrer à quel point elle est nécessaire, et à la rendre accessible au grand public. Ils favorisent une attitude positive à l’égard de la science ; ils aident les gens à apprécier le contexte des avancées scientifiques et à comprendre comment la science affecte leur vie. Enfin, et c’est peut-être ce qui est le plus important, ils favorisent la recherche fondée sur des preuves – une méthode essentielle pour faire avancer la société d’aujourd’hui.

Un nombre grandissant de recherches montrent que l’apprentissage libre – par opposition à l’enseignement formel traditionnel – joue un rôle essentiel tant en ce qui a trait à l’acquisition de connaissances scientifiques qu’à la façon dont les gens se comportent vis-à-vis de la science. Permettre d’acquérir librement des connaissances scientifiques, c’est exactement ce que proposent les centres de sciences. En fait, il existe une forte corrélation entre le fait de visiter un centre de sciences et la capacité d’un individu à comprendre des questions scientifiques et technologiques (Falk, Needham, Dierking et Prendergast, 2014).

La littératie scientifique au Canada

D’après le Conseil des académies canadiennes, sur 35 pays, le Canada se classe au 1er rang avec, selon les estimations, 42 pour cent de la population pouvant démontrer un niveau de base de littératie scientifique (2014). Toutefois, le rapport indique que le Canada se classe au 19e rang, sur 29 pays, avec, selon les estimations, seulement 20 % de la population à détenir un diplôme universitaire de premier cycle en science et en ingénierie, et il se classe 22e sur 37 avec, selon les estimations, 30 pour cent du total des emplois qui sont des emplois dans les domaines scientifique et technologique. En fait, 51 pour cent des personnes ayant un diplôme dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques, au Canada sont des immigrants, (Conseil des académies canadiennes, 2014).

Dans un récent sondage sur la littératie scientifique au Canada, effectué par le Centre des sciences de l’Ontario, trois quarts des répondants disaient avoir recours à la science pour formuler des opinions sur des sujets comme les changements climatiques, les vaccins et les organismes génétiquement modifiés. Le sondage a révélé qu’une forte proportion des personnes pensant s’y connaître dans le domaine de la science ont également dit que les informations scientifiques disponibles sur les changements climatiques n’étaient pas claires (35 %), que les vaccins avaient un lien avec l’autisme (18 %), et que les organismes génétiquement modifiés n’étaient pas bons pour la santé (57%) (Centre des sciences de l’Ontario, 2016). Ce sondage met en lumière la nécessité de cultiver une culture scientifique plus solide au Canada, et de soutenir la formation continue des personnes de tous âges afin de faire en sorte que les Canadiens puissent faire la distinction entre les faits et la fiction dans le domaine de la science, et qu’ils puissent continuer à prendre des décisions éclairées en tant que parents, consommateurs, employeurs et citoyens.

Cultiver une solide culture scientifique au Canada

Pour la plupart des Canadiens, l’enseignement formel de la science prend fin à l’école secondaire ou au niveau collégial alors que des avancées et des découvertes scientifiques se produisent quotidiennement. Le Conseil des académies canadiennes a un plan pour cultiver une solide culture scientifique :

  1. Soutenir l’apprentissage tout au long de la vie des gens. La programmation des centres de sciences cible tous les âges, avec des activités réservées aux adultes, des Cafés scientifiques, des programmes pour les personnes âgées, des activités pour les familles, des programmes pour les écoles, des activités de diffusion externe au sein de la communauté et des programmes adaptés à la petite enfance, aux jeunes et aux jeunes adultes.
  2. Rendre la science inclusive. Les centres de sciences ont également le souci d’être inclusifs et, pour cela, ils créent des programmes adaptés spécifiquement aux groupes sous-représentés et aux activités de diffusion externe s’adressant aux Premières Nations et aux communautés autochtones ainsi qu’aux activités de diffusion externe au niveau de zones éloignées.
  3. S’adapter aux nouvelles technologies. Les centres de sciences offrent des programmes visant à soutenir l’apprentissage de nouvelles technologies par des personnes de tous âges, ainsi que des mécanismes bien établis pour élaborer et déployer rapidement de nouveaux programmes et ressources aux 8 millions de Canadiens qui, selon les estimations, visitent chaque année un centre de sciences.
  4. Améliorer la manière de communiquer sur la science et relancer l’intérêt du public. On estime que, chaque jour, à l’échelle de tout le Canada, 2 000 personnes employées dans le domaine de la communication scientifique et comme personnel de soutien, ainsi que presque 10 000 bénévoles font connaître aux Canadiens de tous âges les tout derniers concepts scientifiques.

À propos de l’Association canadienne des centres de sciences

L’Association canadienne des centres de sciences (ACCS) est une plateforme nationale pour les centres de sciences du Canada, et elle s’est donné pour mission de susciter, de manière informelle, l’intérêt du public pour la science. Fondée en 1985, l’Association a été créée dans le but de favoriser une synergie entre les centres de sciences du Canada et les musées à vocation scientifique, afin d’aider à trouver des solutions aux défis auxquels font face ces importantes institutions publiques, et de leur permettre de s’adresser d’une seule voix au gouvernement.

L’Association représente 45 centres de sciences, musées et planétariums au Canada, qui attirent, chaque année, 8 millions de visiteurs, dont 6 millions d’adultes. La main d’œuvre de tous nos membres réunis comprend plus de 2 000 personnes employées dans le domaine de la communication scientifique et comme personnel de soutien, auxquelles s’ajoutent 10 000 bénévoles. La plupart de nos membres sont des organismes de bienfaisance enregistrés ou des organisations à but non lucratif.

Références

Conseil des académies canadiennes. (2014). Culture scientifique : qu’en est-il au Canada. Ottawa (Ontario). (Traduction libre des extraits figurant dans ce document)

Falk, J. H., Needham, M. D., Dierking, L., & Prendergast, L. (2014). International Science Centre Impact Study Final Report. Co: John H. Falk Recherche.

Centre des sciences de l’Ontario. (2016). De graves questions scientifiques sont mal comprises du public, selon un sondage du Centre des sciences de l’Ontario. Toronto : Centre des sciences de l’Ontario.

 

(Traduction libre des extraits figurant dans ce document)


Liste des communautés participantes

Victoria Facebook
Vancouver Facebook
Prince George, Facebook
Calgary, Facebook
Edmonton, Facebook
Saskatoon Facebook
Winnipeg Site Web | Facebook
Windsor Facebook
London Facebook
Hamilton Facebook
Kitchener-Waterloo Facebook
Toronto Facebook
Sudbury Facebook
Kingston Facebook
Ottawa Site Web | Facebook
Montréal Facebook
Halifax Facebook
St. John’s Facebook

(Sources : Evidencefordemocracy.caMarchforscience.com)

Liens utiles:

Suivez-nous





Montrez votre soutien

Votre don peut nous aider à rehausser le niveau de littératie scientifique des Canadiens.




© 2017 Association canadienne des centres de sciences